Confession de foi de Westminster

  1. L’Écriture Sainte
  1. Bien que la lumière naturelle, les œuvres créées et la providence témoignent de la bonté, de
    la sagesse et de la puissance de Dieu jusqu’à rendre les hommes inexcusables (Rm 2.14,15;
    1.19,20; Ps 19.1-3; Rm 1.32; 2.1), elles ne suffisent pas cependant à donner cette
    connaissance de Dieu et de sa volonté qui est nécessaire au salut (1 Co 1.21; 2.13,14). C’est
    pourquoi, à plusieurs reprises et de différentes manières, il a plu au Seigneur de se révéler luimême et de proclamer sa volonté à son Église (Hé 1.1) . Ensuite, pour que la vérité soit
    mieux gardée et propagée et que l’Église soit plus sûrement affermie et encouragée en face de
    la corruption de la chair et de la malice de Satan et du monde, il a plu au Seigneur qu’elle soit
    toute mise par écrit (Pr 22.19-21; Lc 1.3,4; Rm 15.4; Mt 4.4,7,10; Es 8.19,20), d’où le
    caractère indispensable de l’Écriture (2 Tm 3.15; 2 P 1.19). Maintenant, Dieu a cessé de
    manifester sa volonté, de cette manière, à son peuple (Hé 1.1-2).
  2. L’Écriture Sainte, ou Parole écrite de Dieu, comprend tous les livres de l’Ancien et du
    Nouveau Testaments, à savoir pour l’Ancien Testament: Genèse, Exode, Lévitique, Nombres,
    Deutéronome, Josué, Juges, Ruth, I Samuel, II Samuel, I Rois, II Rois, I Chroniques, II
    Chroniques, Esdras, Néhémie, Esther, Job, Psaumes, Proverbes, Ecclésiaste, Cantique des
    Cantiques, Ésaïe, Jérémie, Lamentations de Jérémie, Ézéchiel, Daniel, Osée, Joël, Amos,
    Abdias, Jonas, Michée, Nahum, Habacuc, Sophonie, Aggée, Zacharie, Malachie; pour le
    Nouveau Testament: Évangiles selon Matthieu, Marc, Luc, Jean; Actes des Apôtres, Épîtres
    de Paul aux: Romains, Corinthiens I, Corinthiens II, Galates, Éphésiens, Philippiens,
    Colossiens, Thessaloniciens I, Thessaloniciens II, Timothée I, Timothée II, Tite, Philémon;
    Hébreux, Jacques, I et II Pierre, I, II et III Jean, Épître de Jude, Apocalypse. Ces livres ont
    tous été inspirés par Dieu pour être la règle de la foi et de la vie (Lc 16.29,31; Ep 2.20; Ap
    22.18,19; 2 Tm 3.16).
  3. Les livres généralement appelés « apocryphes », n’étant pas d’inspiration divine, ne font pas
    partie du Canon de l’Écriture, et, par suite, n’ont pas autorité dans l’Église de Dieu et ne
    doivent pas être considérés ou utilisés différemment que les autres écrits humains (Lc
    24.27,44; Rm 3.2; 2 P 1.21).
  4. L’autorité de l’Écriture Sainte qui doit être crue et obéie dépend, non pas du témoignage
    d’un homme ou d’une Église, mais entièrement de Dieu, son Auteur (qui est la Vérité-même);
    elle doit donc être reçue parce qu’elle est la Parole de Dieu (2 P 1.19,21; 2 Tm 3.16; 1 Jn 5.9;
    1 Th 2.13).
fr_FRFrench
%d blogueurs aiment cette page :