Dieu : Père, Fils et Saint-Esprit

Il est impossible d’évoquer le fils de Dieu sans penser à son sacrifice à la croix de Golgotha.

Beaucoup de personnes ont essayé de saisir cette notion de Père, Fils et Saint Esprit en y apportant malheureusement des pensées humaines et charnelles.

Il est vrai qu’il est difficile de saisir la nature de Dieu avec la raison humaine. Nous devons comprendre quel est le mystère qui se cache derrière cette notion de Père, Fils et Saint Esprit.

 

1)      Dieu le Père

Pour comprendre la notion de Dieu dans les Ecritures, il faut connaître et saisir l’importance de la notion de Père dans la pensée hébraïque. Chez les Hébreux le père était un conducteur et un visionnaire. Le respect qui lui était dû au sein de sa famille était immense. D’une manière plus générale, chez les peuples sémites, le père était aussi le guide spirituel. Aucune familiarité à son égard n’était admise. Lors des repas, seul le père pouvait donner la bénédiction. C’est lui qui intercédait pour ses enfants et transmettait son héritage à l’ainé. Les enfants lui devaient une entière soumission jusqu’à leur mariage. C’est seulement à ce moment-là que son autorité cessait d’opérer. Il conservait toutefois son rôle de conseillé. Chez les peuples idolâtres, le Père sacrifiait son fils ainé à son Dieu. C’est dans ce contexte que grandit Abraham en Mésopotamie.

Bien plus tard, Dieu demandera à Abraham d’offrir en holocauste son fils Isaac (le mot holocauste « Olah » en hébreux signifie « offrande entièrement consumée » mais aussi « montée, escalier, marches, degrés, Il est souvent lié à l’adoration).

Genèse 22 : 2 Dieu dit : Prends ton fils, ton unique, celui que tu aimes, Isaac ; va-t’en au pays de Morija, et là offre-le en holocauste sur l’une des montagnes que je te dirai.

Chez les juifs, cette histoire est appelée : « l’histoire du non-sacrifice ». Dieu se révèle à Abraham comme un Dieu réclamant le fils de la promesse sans pour autant vouloir sa mort.

Plus tard, Le Père dira de son fils Jésus :

Matthieu 3 : 17 Et voici, une voix fit entendre des cieux ces paroles : Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection.

Matthieu 17 : 5 Comme il parlait encore, une nuée lumineuse les couvrit. Et voici, une voix fit entendre de la nuée ces paroles : Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection : écoutez-le !

Marc 1 : 11 Et une voix fit entendre des cieux ces paroles : Tu es mon Fils bien-aimé, en toi j’ai mis toute mon affection.

Marc 9 : 7 Une nuée vint les couvrir, et de la nuée sortit une voix : Celui-ci est mon Fils bien-aimé : écoutez-le !

Luc 3 : 22 et le Saint-Esprit descendit sur lui sous une forme corporelle, comme une colombe. Et une voix fit entendre du ciel ces paroles : Tu es mon Fils bien-aimé ; en toi j’ai mis toute mon affection.

Abraham va découvrir un Dieu qui n’exige pas la mort de son fils contrairement aux Dieux de ses pères.

Par son obéissance, il fut le Père de notre foi selon Romains 4. Isaac fut le fils de la promesse pour Abraham et Jésus fut le fils bien-aimé de la promesse pour l’humanité. Seul la mort du fils de Dieu put apaiser la colère de Dieu contre l’humanité.

Esaïe 12 : 1 Tu diras en ce jour-là : Je te loue, ô Eternel ! Car tu as été irrité contre moi, Ta colère s’est apaisée, et tu m’as consolé. 2 Voici, Dieu est ma délivrance, Je serai plein de confiance, et je ne craindrai rien ; Car l’Eternel, l’Eternel est ma force et le sujet de mes louanges ; C’est lui qui m’a sauvé. 3 Vous puiserez de l’eau avec joie Aux sources du salut, 4 Et vous direz en ce jour-là : Louez l’Eternel, invoquez son nom, Publiez ses œuvres parmi les peuples, Rappelez la grandeur de son nom ! 5 Célébrez l’Eternel, car il a fait des choses magnifiques : Qu’elles soient connues par toute la terre ! 6 Pousse des cris de joie et d’allégresse, habitant de Sion ! Car il est grand au milieu de toi, le Saint d’Israël.

Lire également Esaïe 53 et Jean 3 : 16.

Ephésiens 1 : 3 Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui nous a bénis de toutes sortes de bénédictions spirituelles dans les lieux célestes en Christ ! 4 En lui Dieu nous a élus avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints et irrépréhensibles devant lui, 5 nous ayant prédestinés dans son amour à être ses enfants d’adoption par Jésus-Christ, selon le bon plaisir de sa volonté, 6 à la louange de la gloire de sa grâce qu’il nous a accordée en son bien-aimé. 7 En lui nous avons la rédemption par son sang, la rémission des péchés, selon la richesse de sa grâce, 8 que Dieu a répandue abondamment sur nous par toute espèce de sagesse et d’intelligence, 9 nous faisant connaître le mystère de sa volonté, selon le bienveillant dessein qu’il avait formé en lui-même, 10 pour le mettre à exécution lorsque les temps seraient accomplis, de réunir toutes choses en Christ, celles qui sont dans les cieux et celles qui sont sur la terre. 11 En lui nous sommes aussi devenus héritiers, ayant été prédestinés suivant la résolution de celui qui opère toutes choses d’après le conseil de sa volonté, 12 afin que nous servions à la louange de sa gloire, nous qui d’avance avons espéré en Christ. 13 En lui vous aussi, après avoir entendu la parole de la vérité, l’Evangile de votre salut, en lui vous avez cru et vous avez été scellés du Saint-Esprit qui avait été promis, 14 lequel est un gage de notre héritage, pour la rédemption de ceux que Dieu s’est acquis, à la louange de sa gloire.

Les hébreux de l’ancienne alliance avaient reçu la révélation de Dieu le Père. Le Père de la nation d’Israël était également Abraham mais leur révélation était celle du « non-sacrifice ». Ce n’était pas le temps de la révélation du fils bien-aimé et encore moins de son sacrifice pour le salut de l’humanité.

 

2)      Le dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob

Plus tard, Dieu se révélera aux Hébreux en tant que le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob.

Exode 3 : 6 Et il ajouta : Je suis le Dieu de ton père, le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob. Moïse se cacha le visage, car il craignait de regarder Dieu.

Exode 6 : 3 Je suis apparu à Abraham, à Isaac et à Jacob, comme le Dieu tout-puissant ; mais je n’ai pas été connu d’eux sous mon nom, l’Eternel.

Le « Dieu d’Abraham » fait référence à la révélation de Dieu le Père. Le Dieu d’Isaac fait référence à « Dieu le Fils » car Isaac a marché sur les traces de son père allant jusqu’à déterrer les puits de son père Abraham (Genèse 26 : 18). Durant toute sa vie, Isaac marcha sur les pas de son père. Jésus lui-même s’appliqua sur cette terre à faire uniquement la volonté de son Père (Matthieu 7 : 21 ; 12 : 50 ; 26 : 42 ; Jean 6 : 40 ; Jean 17). Enfin le Dieu de Jacob fait référence au Saint-Esprit. Noter le temps que Jacob a mis pour « rentrer » dans son nouveau nom « Israël ». C’est ce que fait le Saint-Esprit avec nous. A notre nouvelle naissance, nous recevons un nouveau nom (2 Corinthiens 5 : 17) mais il faut le travail du Saint Esprit dans nos vies pour vivre conformément à notre nouvelle nature :

Tite 3 : 5 il nous a sauvés, non à cause des œuvres de justice que nous aurions faites, mais selon sa miséricorde, par le baptême de la régénération et le renouvellement du Saint-Esprit.

 Romains 12 : 1 Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, à offrir vos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui sera de votre part un culte raisonnable. 2 Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait.

Pourquoi Dieu ne se révèle-t-il pas en tant que Dieu d’Abraham, d’Isaac et d’Israël ? Tout simplement parce qu’Israël n’est pas arrivé à sa perfection :

Hébreux 11 :  8 C’est par la foi qu’Abraham, lors de sa vocation, obéit et partit pour un lieu qu’il devait recevoir en héritage, et qu’il partit sans savoir où il allait. 9 C’est par la foi qu’il vint s’établir dans la terre promise comme dans une terre étrangère, habitant sous des tentes, ainsi qu’Isaac et Jacob, les cohéritiers de la même promesse. 10 Car il attendait la cité qui a de solides fondements, celle dont Dieu est l’architecte et le constructeur.

Dans Genèse 24, nous avons une parfaite symbolique des trois aspects de Dieu. C’est Abraham (un type du Père) qui mandate le serviteur (type du Saint Esprit) de chercher une épouse (type de l’Eglise) pour son fils (type du Fils). Vous noterez que le nom du serviteur n’est pas mentionné. Or nous savons qu’il s’agit d’Eliézer (Genèse 15 : 2). Si son nom n’est pas mentionné, c’est pour faire référence au Saint-Esprit qui ne parle pas de lui-même : Jean 16 : 13 Quand le consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité ; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu’il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir. Le serviteur apporte à Rebecca les cadeaux qui symbolisent les dons donnés à l’Eglise par le Saint-Esprit (1 Corinthiens 12 : 1 à 21). Vous remarquerez que c’est Rebecca (la future épouse d’Isaac) qui viendra à la rencontre de son fiancé préfigurant ainsi l’enlèvement lorsque l’Eglise rejoindra son Seigneur dans les airs (1 Thessaloniciens 4 : 15 à 18).

 

3)      Connaître le Père par le Fils

Dieu révèle à Moïse son nom : YHWH.

Pourquoi les juifs encore aujourd’hui ne prononce pas son nom ?

Le fait de prononcer le nom de Dieu était pour eux un signe évident d’irrespect. Dans la plupart des pays, on ne prononce pas le nom ou le prénom de son père, c’est un manque de respect. On l’appelle père ou papa.  En France, jusque dans les années 60, les rapports entre les pères et leurs enfants étaient très distants, engendrant parfois d’énormes souffrances chez ces mêmes enfants.

Sous l’ancienne alliance, le Dieu de Moïse imposait un respect et une crainte dans le cœur de ses enfants. La loi de Moïse, de par son exigence, imposait aux enfants de Dieu une relation dénuée de toute intimité entre Dieu et son peuple, d’où la nécessité d’utiliser des intermédiaires comme les prophètes et les sacrificateurs pour connaître la volonté de Dieu.

Il y a toujours eu une distance entre le Père et son peuple. A part quelques personnes qui ont pu gouter une relation avec Dieu par l’onction du Saint Esprit (les rois et les prophètes sous l’ancienne alliance), le peuple juif était obligé de passer par des intermédiaires (Exode 19 : 10 à 24 et Exode 20 : 18 à 21). Le Père révéla à son peuple les dix commandements (Exode 20) et devait s’y conformer (Josué 1 : 8). Mais l’Eternel voulait non seulement régner directement sur son peuple mais aussi établir une relation intime et profonde avec toute l’humanité (1 Timothée 2 : 3 à 4).

Comment concilier la justice, la sainteté et l’amour Dieu ? Ce fut possible à la croix de Golgotha. En effet, la justice de Dieu a pu s’exprimer au travers du sacrifice de son fils (Romains 3 à 8). Il fallait un coupable, mais pour que ce sacrifice soit accepté du Père, il devait être pur, sans tâche et sans péché. Jésus est l’agneau de Dieu qui ôte les péchés du monde (Jean 1 : 29 et 36). Désormais le sang de Jésus nous purifie :

Romains 3 : 25 C’est lui que Dieu a destiné à être par son sang une victime expiatoire pour ceux qui croiraient. Il démontre ainsi sa justice, puisqu’il avait laissé impunis les péchés commis auparavant, à l’époque de sa patience.

Romains 5 : 9 Puisque nous sommes maintenant considérés comme justes grâce à son sang, nous serons à bien plus forte raison sauvés par lui de la colère de Dieu.

Ephésiens 1 : 7 En lui, par son sang, nous sommes rachetés, pardonnés de nos fautes, conformément à la richesse de sa grâce.

Colossiens 1 : 20 Il a voulu par Christ tout réconcilier avec lui-même, aussi bien ce qui est sur la terre que ce qui est dans le ciel, en faisant la paix à travers lui, par son sang versé sur la croix.

Enfin son amour a pu se manifester par le sacrifice de son fils selon Jean 3 : 16.

Sous la nouvelle alliance, la révélation du fils nous fait entrer dans la relation intime avec notre Dieu.

Galates 4 : 6 Et parce que vous êtes fils, Dieu a envoyé dans nos cœurs l’Esprit de son Fils, lequel crie: Abba ! Père !

Romains 8 : 14 car tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu. 15 Et vous n’avez point reçu un esprit de servitude, pour être encore dans la crainte ; mais vous avez reçu un Esprit d’adoption, par lequel nous crions : Abba ! Père ! 16 L’Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. 17 Or, si nous sommes enfants, nous sommes aussi héritiers : héritiers de Dieu, et cohéritiers de Christ, si toutefois nous souffrons avec lui, afin d’être glorifiés avec lui.

Ephésiens 2 : 13 Mais maintenant, en Jésus-Christ, vous qui étiez jadis éloignés, vous avez été rapprochés par le sang de Christ.

Romains 5 : 10 Car si, lorsque nous étions ennemis, nous avons été réconciliés avec Dieu par la mort de son Fils, à plus forte raison, étant réconciliés, serons-nous sauvés par sa vie.

2 Corinthiens 5 : 18 Et tout cela vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par Christ, et qui nous a donné le ministère de la réconciliation.

Quel est l’acte d’amour le plus fou ? C’est celui d’offrir en sacrifice ce qui lui coûte le plus à savoir son fils bien-aimé pour le salut de gens qui ne le méritent pas. C’est ce que le Père a fait. Il a donné son fils bien-aimé pour notre salut. Quelle magnifique preuve d’amour ! Dire que Jésus est le Père c’est nier le fils.

Romains 8 : 3 Car chose impossible à la loi, parce que la chair la rendait sans force, — Dieu a condamné le péché dans la chair, en envoyant, à cause du péché, son propre Fils dans une chair semblable à celle du péché,

Colossiens 1 : 13 qui nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume du Fils de son amour,

Hébreux 1 : 2 dans ces derniers temps, nous a parlé par le Fils, qu’il a établi héritier de toutes choses, par lequel il a aussi créé le monde,

Hébreux 4 : 14 Ainsi, puisque nous avons un grand souverain sacrificateur qui a traversé les cieux, Jésus, le Fils de Dieu, demeurons fermes dans la foi que nous professons.

1 Jean 1 : 7 Mais si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion, et le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché.

1 Jean 2 : 24 Que ce que vous avez entendu dès le commencement demeure en vous. Si ce que vous avez entendu dès le commencement demeure en vous, vous demeurerez aussi dans le Fils et dans le Père.

Nous avons le salut dans le Fils.

1 Jean 4 :  14 Et nous, nous avons vu et nous attestons que le Père a envoyé le Fils comme Sauveur du monde

1 Jean 4 : 9 L’amour de Dieu a été manifesté envers nous en ce que Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde, afin que nous vivions par lui.

1 Jean 5 : 11 Et voici ce témoignage, c’est que Dieu nous a donné la vie éternelle, et que cette vie est dans son Fils.

Jean 3 : 16 Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle.

Désormais par la mort et la résurrection de Christ, nous avons une intimité avec le Père. La distance est rompue. Pour les juifs, ce Dieu est lointain et inaccessible mais pour nous, nous pouvons désormais nous approcher de lui avec assurance.

Hébreux 4 : 16 Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce, afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins.

Romains 8 : 1 Il n’y a plus aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ.

Sans la révélation du Fils, il n’y a pas d’intimité avec le Père. C’est revenir à l’ancienne alliance et remettre le peuple de Dieu dans une non-relation et sous une forme de condamnation !

Le fils a un nom que nous pouvons désormais mentionner. Il est le nom le plus puissant :

Ephésiens 1 : 20 Il l’a déployée en Christ, en le ressuscitant des morts, et en le faisant asseoir à sa droite dans les lieux célestes, 21 au-dessus de toute domination, de toute autorité, de toute puissance, de toute dignité, et de tout nom qui se peut nommer, non seulement dans le siècle présent, mais encore dans le siècle à venir. 22 Il a tout mis sous ses pieds, et il l’a donné pour chef suprême à l’Eglise, 23 qui est son corps, la plénitude de celui qui remplit tout en tous.

Philippiens 2 : 5 Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus-Christ, 6 lequel, existant en forme de Dieu, n’a point regardé comme une proie à arracher d’être égal avec Dieu, 7 mais s’est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes ; 8  (2-7) et ayant paru comme un simple homme, (2-8) il s’est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort de la croix. 9 C’est pourquoi aussi Dieu l’a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, 10  afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre, 11  et que toute langue confesse que Jésus-Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père.

Romains 10 : 9 Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton cœur que Dieu l’a ressuscité des morts, tu seras sauvé. 10 Car c’est en croyant du cœur qu’on parvient à la justice, et c’est en confessant de la bouche qu’on parvient au salut, 11 (10-10) selon ce que dit l’Ecriture: (10-11) Quiconque croit en lui ne sera point confus.

2 Timothée 1 : 9 qui nous a sauvés, et nous a adressé une sainte vocation, non à cause de nos œuvres, mais selon son propre dessein, et selon la grâce qui nous a été donnée en Jésus-Christ avant les temps éternels, 10 et qui a été manifestée maintenant par l’apparition de notre Sauveur Jésus-Christ, qui a détruit la mort et a mis en évidence la vie et l’immortalité par l’Evangile.

Lorsque Philippe demanda à Jésus de lui montrer le Père, il répondit ceci :

Jean 14 : 8 Philippe lui dit : Seigneur, montre-nous le Père, et cela nous suffit. 9 Jésus lui dit : Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne m’as pas connu, Philippe ! Celui qui m’a vu a vu le Père ; comment dis-tu : Montre-nous le Père ?

Jésus est sorti du sein de son Père :

Jean 16 : 28 Je suis sorti du Père, et je suis venu dans le monde ; maintenant je quitte le monde, et je vais au Père.32 Voici, l’heure vient, et elle est déjà venue, où vous serez dispersés chacun de son côté, et où vous me laisserez seul ; mais je ne suis pas seul, car le Père est avec moi.

Jean 17 : 8 Car je leur ai donné les paroles que tu m’as données ; et ils les ont reçues, et ils ont vraiment connu que je suis sorti de toi, et ils ont cru que tu m’as envoyé.9 C’est pour eux que je prie. Je ne prie pas pour le monde, mais pour ceux que tu m’as donnés, parce qu’ils sont à toi ;  — 10 et tout ce qui est à moi est à toi, et ce qui est à toi est à moi ;  — et je suis glorifié en eux.11 Je ne suis plus dans le monde, et ils sont dans le monde, et je vais à toi. Père saint, garde en ton nom ceux que tu m’as donnés, afin qu’ils soient un comme nous.12 Lorsque j’étais avec eux dans le monde, je les gardais en ton nom. J’ai gardé ceux que tu m’as donnés, et aucun d’eux ne s’est perdu, sinon le fils de perdition, afin que l’Ecriture fût accomplie.13 Et maintenant je vais à toi, et je dis ces choses dans le monde, afin qu’ils aient en eux ma joie parfaite.14 Je leur ai donné ta parole ; et le monde les a haïs, parce qu’ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde.15 Je ne te prie pas de les ôter du monde, mais de les préserver du mal.16 Ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde.17 Sanctifie-les par ta vérité : ta parole est la vérité.18 Comme tu m’as envoyé dans le monde, je les ai aussi envoyés dans le monde.19 Et je me sanctifie moi-même pour eux, afin qu’eux aussi soient sanctifiés par la vérité.20 Ce n’est pas pour eux seulement que je prie, mais encore pour ceux qui croiront en moi par leur parole,21 afin que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et comme je suis en toi, afin qu’eux aussi soient un en nous, pour que le monde croie que tu m’as envoyé.22 Je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, afin qu’ils soient un comme nous sommes un, — 23 moi en eux, et toi en moi, afin qu’ils soient parfaitement un, et que le monde connaisse que tu m’as envoyé et que tu les as aimés comme tu m’as aimé.24 Père, je veux que là où je suis ceux que tu m’as donnés soient aussi avec moi, afin qu’ils voient ma gloire, la gloire que tu m’as donnée, parce que tu m’as aimé avant la fondation du monde.25 Père juste, le monde ne t’a point connu ; mais moi je t’ai connu, et ceux-ci ont connu que tu m’as envoyé. 26 Je leur ai fait connaître ton nom, et je le leur ferai connaître, afin que l’amour dont tu m’as aimé soit en eux, et que je sois en eux.

Jésus est l’image de Dieu :

Colossiens 1 : 15 Il est l’image du Dieu invisible, le premier-né de toute la création.

Ce passage confirme Esaïe 9:6  (9-5) Car un enfant nous est né, un fils nous est donné, Et la domination reposera sur son épaule ; On l’appellera Admirable, Conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix.

Dans ce verset, il n’est pas dit que Jésus est le Père mais en nous donnant son Fils, le nom du Père sera révélé parmi son peuple. Jésus sera considéré comme un père tout comme Joseph sera considéré comme un père pour son peuple lorsqu’il sera premier ministre de Pharâon.

Dans la version de la Septante, les traducteurs juifs ont traduit en grec l’expression « l’Ange du grand conseil » en lieu et place de « Père Eternel ». Cette expression « Ange du grand conseil » est reprise plusieurs fois par les « pères de l’Eglise » comme Ignace d’Antioche ou Polycarpe et bien d’autres.

 

4)      Jésus est la Parole

Jean 1 : 1 à 12 : 1 Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. 2 Elle était au commencement avec Dieu. 3 Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle. 4 En elle était la vie, et la vie était la lumière des hommes. 5 La lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont point reçue. 5 La lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont point reçue.6 Il y eut un homme envoyé de Dieu : son nom était Jean.7 Il vint pour servir de témoin, pour rendre témoignage à la lumière, afin que tous crussent par lui.8 Il n’était pas la lumière, mais il parut pour rendre témoignage à la lumière.9 Cette lumière était la véritable lumière, qui, en venant dans le monde, éclaire tout homme.10 Elle était dans le monde, et le monde a été fait par elle, et le monde ne l’a point connue.11 Elle est venue chez les siens, et les siens ne l’ont point reçue.12 Mais à tous ceux qui l’ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu,13 (1-12) lesquels sont nés, (1-13) non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu.14 Et la parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité ; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père.

Apocalypse 19 : 11 Puis je vis le ciel ouvert, et voici, parut un cheval blanc. Celui qui le montait s’appelle Fidèle et Véritable, et il juge et combat avec justice. 12 Ses yeux étaient comme une flamme de feu ; sur sa tête étaient plusieurs diadèmes ; il avait un nom écrit, que personne ne connaît, si ce n’est lui-même ; 13 et il était revêtu d’un vêtement teint de sang. Son nom est la Parole de Dieu. 14 Les armées qui sont dans le ciel le suivaient sur des chevaux blancs, revêtues d’un fin lin, blanc, pur. 15 De sa bouche sortait une épée aiguë, pour frapper les nations ; il les paîtra avec une verge de fer ; et il foulera la cuve du vin de l’ardente colère du Dieu tout-puissant. 16 Il avait sur son vêtement et sur sa cuisse un nom écrit: Roi des rois et Seigneur des seigneurs.

 

5)      Jésus Fils de Dieu

Dans la pensée hébraïque la notion de fils (Ben en Hébreux) est très importante.

Lorsque le Père était absent, le fils ainé avait le mandat de le représenter. Voir le fils ainé, c’était voir le Père. Lorsque le fils s’engageait, il n’était pas nécessaire de demander au père la confirmation de son engagement. Le fils ainé était le représentant légal du Père. Toute signature du fils engageait de manière systématique le Père. La parole du fils avait la même valeur que celle de son père.

Lorsque le souverain sacrificateur  demanda à Jésus s’il était le Fils de Dieu, il voulait savoir s’il se déclarait être Dieu. Se dire être le fils de quelqu’un, c’est se revendiquer être de même nature que son Père. Lorsque Jésus déclara être le Fils de Dieu, il affirma être de la même nature que son Père. Il affirma donc sa divinité. C’est la raison pour laquelle, le souverain sacrificateur déchira son vêtement.

Marc 14 : 61 Jésus garda le silence, et ne répondit rien. Le souverain sacrificateur l’interrogea de nouveau, et lui dit : Es-tu le Christ, le Fils du Dieu béni ? 62 Jésus répondit : Je le suis. Et vous verrez le Fils de l’homme assis à la droite de la puissance de Dieu, et venant sur les nuées du ciel. 63 Alors le souverain sacrificateur déchira ses vêtements, et dit : Qu’avons-nous encore besoin de témoins ? 64 Vous avez entendu le blasphème. Que vous en semble ? Tous le condamnèrent comme méritant la mort.

L’Eglise s’appuie sur la divinité de Jésus puisqu’elle est établie sur la déclaration de Pierre qui confesse que Jésus est le Fils du Dieu vivant :

Matthieu 16 : 13 Jésus, étant arrivé dans le territoire de Césarée de Philippe, demanda à ses disciples : Qui dit-on que je suis, moi, le Fils de l’homme ? 14 Ils répondirent : Les uns disent que tu es Jean-Baptiste ; les autres, Elie ; les autres, Jérémie, ou l’un des prophètes. 15 Et vous, leur dit-il, qui dites-vous que je suis ? 16 Simon Pierre répondit : Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. 17 Jésus, reprenant la parole, lui dit : Tu es heureux, Simon, fils de Jonas ; car ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais c’est mon Père qui est dans les cieux. 18 Et moi, je te dis que tu es Pierre, et que sur cette pierre je bâtirai mon Eglise, et que les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle.

En lui, habite toute la plénitude de la divinité :

Colossiens 2 : 9 Car en lui habite corporellement toute la plénitude de la divinité.

Il est l’image du Dieu invisible

Colossiens 1:15  Le Fils est l’image du Dieu invisible, le premier-né de toute la création.

Il est Dieu :

Jean 20 : 27 Puis il dit à Thomas: « Avance ton doigt ici et regarde mes mains. Avance aussi ta main et mets-la dans mon côté. Ne sois pas incrédule, mais crois! » 28 Thomas lui répondit: « Mon Seigneur et mon Dieu! » Jésus lui dit: 29 « Parce que tu m’as vu, tu as cru. Heureux ceux qui n’ont pas vu et qui ont cru! »

 

6)      Dieu est un

Deutéronome 6 : 4-9 connu sous le nom de « Shema », mot hébreu traduit par « Ecoute », est devenu la confession de foi d’Israël, et il est encore récité de nos jours par les juifs pieux. Cette confession de foi juive est récitée matin et soir par tout juif pieux. Aujourd’hui encore, on la lit au début du service à la synagogue.

Au verset 4, il est précisé que l’Eternel est un (Ehad : qui signifie « un » ou « seul »). Plus tard, Jésus confirmera qu’il est « un » avec le Père dans Jean 10 : 30 Moi et le Père nous sommes un. Le mot « un » en grec (heis) a la même sens que « Ehad ». En effet, ce mot signifie également « un » ou « seul ». Jésus ne dit pas qu’il est uni avec le Père mais que lui et le Père sont un : c’est-à-dire qu’il n’y a qu’un seul Dieu, Père, Fils et Saint-Esprit. Ce sont des choses que la raison humaine ne peut saisir.

Le Père nous aime tellement, qu’il a voulu se rendre visible parmi nous :

Jean 1 : 1 Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. 2 Elle était au commencement avec Dieu. 3 Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle. 4 En elle était la vie, et la vie était la lumière des hommes. 5 La lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont point reçue. 6 Il y eut un homme envoyé de Dieu : son nom était Jean. 7 Il vint pour servir de témoin, pour rendre témoignage à la lumière, afin que tous crussent par lui. 8 Il n’était pas la lumière, mais il parut pour rendre témoignage à la lumière. 9 Cette lumière était la véritable lumière, qui, en venant dans le monde, éclaire tout homme. 10 Elle était dans le monde, et le monde a été fait par elle, et le monde ne l’a point connue. 11 Elle est venue chez les siens, et les siens ne l’ont point reçue. 12 Mais à tous ceux qui l’ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, 13 lesquels sont nés, non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu. 14 Et la parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité ; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père.

C’est au travers de son Fils bien-aimé, en qui il a mis toute son affection, que nous sommes sauvés. Le sacrifice de son Fils est la preuve de son amour. Dieu ne s’est pas suicidé (1 Corinthiens 13 : 3 Et quand je distribuerais tous mes biens pour la nourriture des pauvres, quand je livrerais même mon corps pour être brûlé, si je n’ai pas la charité, cela ne me sert de rien) mais il a donné ce qui lui était le plus cher, à savoir son Fils unique :

Jean 3 : 16 Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle.

Le père a ainsi accompli ce qu’Abraham ne pouvait accomplir :

Genèse 22 : 2 Dieu dit : Prends ton fils, ton unique, celui que tu aimes, Isaac ; va-t’en au pays de Morija, et là offre-le en holocauste sur l’une des montagnes que je te dirai.

 

7)      Dieu le Père, Fils et le Saint-Esprit

Désormais, au travers de Jésus nous pouvons entrer dans la présence du Père. Nous sommes tous des prêtres pour Dieu selon 1 Pierre 2 : 5 à 10 et nous pouvons désormais entrer avec assurance dans le lieu très saint (le Père) car le voile entre le lieu saint et le lieu très saint est déchiré :

Marc 15 : 37 Cependant, Jésus poussa un grand cri et expira. 38 Le voile du temple se déchira en deux, depuis le haut jusqu’en bas. 39 Quand l’officier romain qui se tenait en face de Jésus |entendit son cri et| le vit expirer de cette manière, il dit: « Cet homme était vraiment le Fils de Dieu. »

Hébreux 4 : 16 Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce afin d’obtenir compassion et de trouver grâce pour être secourus au moment opportun.

Hébreux 10 : 19 Ainsi, frères et sœurs, nous avons par le sang de Jésus l’assurance d’un libre accès au sanctuaire.

Le tabernacle sous Moïse, ainsi que le temple sous Salomon et sous Hérode était constitué de trois parties.

La partie visible de tous était le parvis. C’est là que se trouvait l’autel des sacrifices. Cet autel symbolise la croix du calvaire où Jésus fut crucifiée.

La deuxième partie était le Lieu Saint où se trouvait le chandelier, l’encens et les pains de propositions. Elle représente l’activité du Saint Esprit (l’huile du chandelier symbolise le Saint Esprit, les pains représente la communion des saints et l’autel des parfums, l’adoration).

Enfin la dernière partie, derrière le voile se trouvait le coffre et son couvercle (Kapporeth en hébreux) appeler trône de miséricorde. C’est ici sur ce couvercle entre les deux chérubins, qu’était versé le sang du sacrifice. C’est aussi sur ce couvercle du coffre, entre les deux chérubins que siégeait la présence de Dieu (celle-ci disparaîtra du temple de Salomon dans Ezéchiel 10 et 11). Dans le coffre se trouvait la manne, les dix paroles et le bâton d’Aaron. C’est dans ce lieu Très Saint que se trouve la présence du Père et c’est là que nous devons être. L’Arche de l’alliance est une représentation du trône de Dieu. Dans Apocalypse 5, nous voyons clairement que Le Père assis sur son trône céleste est en train de remettre à l’Agneau de Dieu (Jésus) le livre scellé :

Apocalypse 5 : 1 Puis je vis dans la main droite de celui qui était assis sur le trône un livre écrit en dedans et en dehors, scellé de sept sceaux. 2 Et je vis un ange puissant, qui criait d’une voix forte : Qui est digne d’ouvrir le livre, et d’en rompre les sceaux ? 3 Et personne dans le ciel, ni sur la terre, ni sous la terre, ne put ouvrir le livre ni le regarder. 4 Et je pleurai beaucoup de ce que personne ne fut trouvé digne d’ouvrir le livre ni de le regarder. 5 Et l’un des vieillards me dit : Ne pleure point ; voici, le lion de la tribu de Juda, le rejeton de David, a vaincu pour ouvrir le livre et ses sept sceaux. 6 Et je vis, au milieu du trône et des quatre êtres vivants et au milieu des vieillards, un agneau qui était là comme immolé. Il avait sept cornes et sept yeux, qui sont les sept esprits de Dieu envoyés par toute la terre. 7 Il vint, et il prit le livre de la main droite de celui qui était assis sur le trône. 8 Quand il eut pris le livre, les quatre êtres vivants et les vingt-quatre vieillards se prosternèrent devant l’agneau, tenant chacun une harpe et des coupes d’or remplies de parfums, qui sont les prières des saints. 9 Et ils chantaient un cantique nouveau, en disant : Tu es digne de prendre le livre, et d’en ouvrir les sceaux ; car tu as été immolé, et tu as racheté pour Dieu par ton sang des hommes de toute tribu, de toute langue, de tout peuple, et de toute nation ; 10 tu as fait d’eux un royaume et des sacrificateurs pour notre Dieu, et ils régneront sur la terre. 11 Je regardai, et j’entendis la voix de beaucoup d’anges autour du trône et des êtres vivants et des vieillards, et leur nombre était des myriades de myriades et des milliers de milliers. 12 Ils disaient d’une voix forte : L’agneau qui a été immolé est digne de recevoir la puissance, la richesse, la sagesse, la force, l’honneur, la gloire, et la louange. 13  Et toutes les créatures qui sont dans le ciel, sur la terre, sous la terre, sur la mer, et tout ce qui s’y trouve, je les entendis qui disaient : A celui qui est assis sur le trône, et à l’agneau, soient la louange, l’honneur, la gloire, et la force, aux siècles des siècles !

Jésus est désormais à la droite du Père :

Psaumes 110 :

1 De David. Psaume. Parole de l’Eternel à mon Seigneur : Assieds-toi à ma droite, Jusqu’à ce que je fasse de tes ennemis ton marchepied. 2 L’Eternel étendra de Sion le sceptre de ta puissance : Domine au milieu de tes ennemis ! 3 Ton peuple est plein d’ardeur, quand tu rassembles ton armée ; Avec des ornements sacrés, du sein de l’aurore Ta jeunesse vient à toi comme une rosée. 4 L’Eternel l’a juré, et il ne s’en repentira point : Tu es sacrificateur pour toujours, A la manière de Melchisédek. 5 Le Seigneur, à ta droite, Brise des rois au jour de sa colère. 6 Il exerce la justice parmi les nations : tout est plein de cadavres ; Il brise des têtes sur toute l’étendue du pays. 7 Il boit au torrent pendant la marche: C’est pourquoi il relève la tête.

Romains 8 : 34 Qui les condamnera ? Christ est mort ; bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, et il intercède pour nous !

Ephésiens 1 : 20 Il l’a déployée en Christ, en le ressuscitant des morts, et en le faisant asseoir à sa droite dans les lieux célestes.

Colossiens 3 : Si donc vous êtes ressuscités avec Christ, cherchez les choses d’en haut, où Christ est assis à la droite de Dieu.

Hébreux 1 : et qui, étant le reflet de sa gloire et l’empreinte de sa personne, et soutenant toutes choses par sa parole puissante, a fait la purification des péchés et s’est assis à la droite de la majesté divine dans les lieux très hauts.

Hébreux 8 : Le point capital de ce qui vient d’être dit, c’est que nous avons un tel souverain sacrificateur, qui s’est assis à la droite du trône de la majesté divine dans les cieux.

Hébreux 10 : lui, après avoir offert un seul sacrifice pour les péchés, s’est assis pour toujours à la droite de Dieu.

Hébreux 12 : ayant les regards sur Jésus, le chef et le consommateur de la foi, qui, en vue de la joie qui lui était réservée, a souffert la croix, méprisé l’ignominie, et s’est assis à la droite du trône de Dieu.

1 Pierre 3 : qui est à la droite de Dieu, depuis qu’il est allé au ciel, et que les anges, les autorités et les puissances, lui ont été soumis.

Actes 7 : 55 Mais Etienne, rempli du Saint-Esprit, et fixant les regards vers le ciel, vit la gloire de Dieu et Jésus debout à la droite de Dieu. 56 Et il dit : Voici, je vois les cieux ouverts, et le Fils de l’homme debout à la droite de Dieu.

L’expression « être à la droite de Dieu » n’est pas symbolique. Etienne a vu Jésus debout à la droite de Dieu. Dans la pensée antique, celui qui était assis à la droite d’un chef ou d’un hôte occupait une place synonyme de grand honneur. Cette position indiquait la puissance et l’autorité dont il jouissait. Celui qui était assis à droite du roi était son « bras droit ». Il œuvrait en qualité de principal représentant de son autorité et exécutait les tâches les plus importantes. Offrir à quelqu’un de s’asseoir à droite équivalait à lui affirmer votre désir de l’associer à votre action et de lui accorder votre faveur.

Dieu en tant que Père, Fils et Saint Esprit a toujours été présent dès l’Ancienne Alliance. Au verset 16 du livre d’Esaïe au chapitre 48, nous voyons clairement qu’une distinction est faite entre le Père, le fils (celui qui parle dans ce passage au nom de l’Eternel) et le Saint Esprit.

Esaïe 48 : 10 Je t’ai mis au creuset, mais non pour retirer de l’argent ; Je t’ai éprouvé dans la fournaise de l’adversité.11 C’est pour l’amour de moi, pour l’amour de moi, que je veux agir ; Car comment mon nom serait-il profané ? Je ne donnerai pas ma gloire à un autre.12 Ecoute-moi, Jacob ! Et toi, Israël, que j’ai appelé ! C’est moi, moi qui suis le premier, C’est aussi moi qui suis le dernier.13 Ma main a fondé la terre, Et ma droite a étendu les cieux : Je les appelle, et aussitôt ils se présentent.14 Vous tous, assemblez-vous, et écoutez ! Qui d’entre eux a annoncé ces choses ? Celui que l’Eternel aime exécutera sa volonté contre Babylone, Et son bras s’appesantira sur les Chaldéens.15 Moi, moi, j’ai parlé, et je l’ai appelé ; Je l’ai fait venir, et son œuvre réussira.16 Approchez-vous de moi, et écoutez ! Dès le commencement, je n’ai point parlé en cachette, Dès l’origine de ces choses, j’ai été là. Et maintenant, le Seigneur, l’Eternel, m’a envoyé avec son esprit.

Nous retrouvons cela dans Osée ou le Seigneur parle qu’Il sauvera la maison de Juda par l’Eternel :

Osée 1 : 1 La parole de l’Eternel qui fut adressée à Osée, fils de Beéri, au temps d’Ozias, de Jotham, d’Achaz, d’Ezéchias, rois de Juda, et au temps de Jéroboam, fils de Joas, roi d’Israël. 2 La première fois que l’Eternel adressa la parole à Osée, l’Eternel dit à Osée: Va, prends une femme prostituée et des enfants de prostitution ; car le pays se prostitue, il abandonne l’Eternel ! 3 Il alla, et il prit Gomer, fille de Diblaïm. Elle conçut, et lui enfanta un fils. 4 Et l’Eternel lui dit : Appelle-le du nom de Jizreel ; car encore un peu de temps, et je châtierai la maison de Jéhu pour le sang versé à Jizreel, je mettrai fin au royaume de la maison d’Israël. 5 En ce jour-là, je briserai l’arc d’Israël dans la vallée de Jizreel.6 Elle conçut de nouveau, et enfanta une fille. Et l’Eternel dit à Osée : Donne-lui le nom de Lo-Ruchama ; car je n’aurai plus pitié de la maison d’Israël, je ne lui pardonnerai plus.7 Mais j’aurai pitié de la maison de Juda ; je les sauverai par l’Eternel, leur Dieu, et je ne les sauverai ni par l’arc, ni par l’épée, ni par les combats, ni par les chevaux, ni par les cavaliers.

Même chose dans Zacharie 3 : 1 Il me fit voir Josué, le souverain sacrificateur, debout devant l’ange de l’Eternel, et Satan qui se tenait à sa droite pour l’accuser.2 L’Eternel dit à Satan : Que l’Eternel te réprime, Satan ! que l’Eternel te réprime, lui qui a choisi Jérusalem ! N’est-ce pas là un tison arraché du feu ? 3 Or Josué était couvert de vêtements sales, et il se tenait debout devant l’ange.4 L’ange, prenant la parole, dit à ceux qui étaient devant lui : Otez-lui les vêtements sales ! Puis il dit à Josué : Vois, je t’enlève ton iniquité, et je te revêts d’habits de fête. 5 Je dis : Qu’on mette sur sa tête un turban pur ! Et ils mirent un turban pur sur sa tête, et ils lui mirent des vêtements. L’ange de l’Eternel était là.6 L’ange de l’Eternel fit à Josué cette déclaration :7 Ainsi parle l’Eternel des armées : Si tu marches dans mes voies et si tu observes mes ordres, tu jugeras ma maison et tu garderas mes parvis, et je te donnerai libre accès parmi ceux qui sont ici.8 Ecoute donc, Josué, souverain sacrificateur, toi et tes compagnons qui sont assis devant toi ! car ce sont des hommes qui serviront de signes. Voici, je ferai venir mon serviteur, le germe.9 Car voici, pour ce qui est de la pierre que j’ai placée devant Josué, il y a sept yeux sur cette seule pierre ; voici, je graverai moi-même ce qui doit y être gravé, dit l’Eternel des armées ; et j’enlèverai l’iniquité de ce pays, en un jour. 10  En ce jour-là, dit l’Eternel des armées, vous vous inviterez les uns les autres sous la vigne et sous le figuier.

Dans ce passage l‘Ange n’est autre qu’une manifestation du Fils de Dieu. Son nom n’est pas mentionné car ce n’est pas encore le temps. Aucun ange de Dieu n’a le pouvoir d’enlever les iniquités de Josué et d’ôter ses vêtements sales. Seul L’Eternel peut le faire. Le Père et le Fils ne sont qu’un c’est ce que nous voyons au verset 2 lorsque l’Eternel réprime Satan au nom de l’Eternel. Le Père et le fils de sont de même nature divine mais le Fils parle au nom du Père (l’Eternel).

Nous retrouvons ce même principe dans Hébreux 1 : 4 devenu d’autant supérieur aux anges qu’il a hérité d’un nom plus excellent que le leur.5 Car auquel des anges Dieu a-t-il jamais dit : Tu es mon Fils, Je t’ai engendré aujourd’hui ? Et encore : Je serai pour lui un père, et il sera pour moi un fils ?6  Et lorsqu’il introduit de nouveau dans le monde le premier-né, il dit : Que tous les anges de Dieu l’adorent !7  De plus, il dit des anges : Celui qui fait de ses anges des vents, Et de ses serviteurs une flamme de feu.8  Mais il a dit au Fils : Ton trône, ô Dieu, est éternel ; Le sceptre de ton règne est un sceptre d’équité ;9  Tu as aimé la justice, et tu as haï l’iniquité ; C’est pourquoi, ô Dieu, ton Dieu t’a oint D’une huile de joie au-dessus de tes égaux.10  Et encore : Toi, Seigneur, tu as au commencement fondé la terre, Et les cieux sont l’ouvrage de tes mains ;11  Ils périront, mais tu subsistes ; Ils vieilliront tous comme un vêtement,12  Tu les rouleras comme un manteau et ils seront changés ; Mais toi, tu restes le même, Et tes années ne finiront point.13  Et auquel des anges a-t-il jamais dit : Assieds-toi à ma droite, jusqu’à ce que je fasse de tes ennemis ton marchepied ?

Au verset 8, l’Eternel dit au Fils : ton trône, Ô Dieu, est Eternel. Le Père et le Fils ne font qu’un et le Fils Jésus est Dieu. L’auteur de l’Epître aux Hébreux interprète ou « décode » le Psaume 45 : 7-8 : 7 (45-8) Tu aimes la justice, et tu hais la méchanceté : C’est pourquoi, ô Dieu, ton Dieu t’a oint D’une huile de joie, par privilège sur tes collègues.

Dans Jean 16 : 32, Jésus précise qu’il n’est pas seul mais que le Père est avec Lui :

32 Voici, l’heure vient, et elle est déjà venue, où vous serez dispersés chacun de son côté, et où vous me laisserez seul ; mais je ne suis pas seul, car le Père est avec moi.

Sur le chemin de Damas, Paul a vu Jésus alors qu’il était déjà au ciel lorsqu’il s’est révélé à lui. Jésus est donc avec le Père au ciel :

Actes 9:5  Il répondit: « Qui es-tu, Seigneur? » Et le Seigneur dit: « Moi, je suis Jésus, celui que tu persécutes.

Dans Philippiens, il est précisé que Dieu l’a souverainement élevé :

Philippiens 2 : 5 Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus-Christ,6 lequel, existant en forme de Dieu, n’a point regardé comme une proie à arracher d’être égal avec Dieu,7 mais s’est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes ;8 (2-7) et ayant paru comme un simple homme, (2-8) il s’est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort de la croix.9 C’est pourquoi aussi Dieu l’a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom,10 afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre,11 et que toute langue confesse que Jésus-Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père.

Quiconque nie le Fils ne peut voir le Père. Celui qui nie que Jésus est le Fils à l’Esprit de l’antéchrist :

1 Jean 2 : 22 Qui est menteur, sinon celui qui nie que Jésus est le Christ ? Celui-là est l’antéchrist, qui nie le Père et le Fils.23 Quiconque nie le Fils n’a pas non plus le Père ; quiconque confesse le Fils a aussi le Père.

Dans Matthieu 28, Jésus nous demande de faire des disciples et de les baptiser au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit :

Matthieu 28 : 19 Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit,20 et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde.

Après sa résurrection, Jésus nous fit une promesse :

Actes 1 : 3 Après qu’il eut souffert, il leur apparut vivant, et leur en donna plusieurs preuves, se montrant à eux pendant quarante jours, et parlant des choses qui concernent le royaume de Dieu. 4 Comme il se trouvait avec eux, il leur recommanda de ne pas s’éloigner de Jérusalem, mais d’attendre ce que le Père avait promis, ce que je vous ai annoncé, leur dit-il ; 5 car Jean a baptisé d’eau, mais vous, dans peu de jours, vous serez baptisés du Saint-Esprit.

Actes 2 : 1 Le jour de la Pentecôte, ils étaient tous ensemble dans le même lieu. 2 Tout à coup il vint du ciel un bruit comme celui d’un vent impétueux, et il remplit toute la maison où ils étaient assis. 3 Des langues, semblables à des langues de feu, leur apparurent, séparées les unes des autres, et se posèrent sur chacun d’eux. 4 Et ils furent tous remplis du Saint-Esprit, et se mirent à parler en d’autres langues, selon que l’Esprit leur donnait de s’exprimer. 5 Or, il y avait en séjour à Jérusalem des Juifs, hommes pieux, de toutes les nations qui sont sous le ciel. 6 Au bruit qui eut lieu, la multitude accourut, et elle fut confondue parce que chacun les entendait parler dans sa propre langue. 7 Ils étaient tous dans l’étonnement et la surprise, et ils se disaient les uns aux autres : Voici, ces gens qui parlent ne sont-ils pas tous Galiléens ? 8 Et comment les entendons-nous dans notre propre langue à chacun, dans notre langue maternelle ? 9 Parthes, Mèdes, Elamites, ceux qui habitent la Mésopotamie, la Judée, la Cappadoce, le Pont, l’Asie, 10 la Phrygie, la Pamphylie, l’Egypte, le territoire de la Libye voisine de Cyrène, et ceux qui sont venus de Rome, Juifs et prosélytes, 11 Crétois et Arabes, comment les entendons-nous parler dans nos langues des merveilles de Dieu ? 12 Ils étaient tous dans l’étonnement, et, ne sachant que penser, ils se disaient les uns aux autres : Que veut dire ceci ? 13 Mais d’autres se moquaient, et disaient : Ils sont pleins de vin doux. 14 Alors Pierre, se présentant avec les onze, éleva la voix, et leur parla en ces termes : Hommes Juifs, et vous tous qui séjournez à Jérusalem, sachez ceci, et prêtez l’oreille à mes paroles ! 15 Ces gens ne sont pas ivres, comme vous le supposez, car c’est la troisième heure du jour. 16 Mais c’est ici ce qui a été dit par le prophète Joël: 17  Dans les derniers jours, dit Dieu, je répandrai de mon Esprit sur toute chair ; Vos fils et vos filles prophétiseront, Vos jeunes gens auront des visions, Et vos vieillards auront des songes. 18 Oui, sur mes serviteurs et sur mes servantes, Dans ces jours-là, je répandrai de mon Esprit ; et ils prophétiseront.

Désormais, par le sacrifice et par la résurrection de Jésus, au travers du Saint Esprit nous communion avec le Père.

Romains 14 : 17 En effet, le royaume de Dieu, ce n’est pas le manger et le boire, mais la justice, la paix et la joie, par le Saint-Esprit.

Romains 15 : 13 Que le Dieu de l’espérance vous remplisse de toute joie et de toute paix dans la foi, pour que vous débordiez d’espérance, par la puissance du Saint-Esprit!

1 Corinthiens 6 : 19 Ne le savez-vous pas? Votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous et que vous avez reçu de Dieu. Vous ne vous appartenez pas à vous-mêmes,

1 Corinthiens 12 : 3 C’est pourquoi je vous le déclare, personne, s’il parle par l’Esprit de Dieu, ne dit: « Jésus est maudit! » Et personne ne peut dire: « Jésus est le Seigneur! » si ce n’est par le Saint-Esprit.

2 Corinthiens 13 : 13 Que la grâce du Seigneur Jésus-Christ, l’amour de Dieu et la communion du Saint-Esprit soient avec vous tous!

Ephésiens 1 : 13 En lui vous aussi, après avoir entendu la parole de la vérité, l’Evangile qui vous sauve, en lui vous avez cru et vous avez été marqués de l’empreinte du Saint-Esprit qui avait été promis.

Ephésiens 4 : 30 N’attristez pas le Saint-Esprit de Dieu, par lequel vous avez été marqués d’une empreinte pour le jour de la libération.

1 Thessaloniciens 4 : 8 Celui donc qui rejette ces instructions ne rejette pas un homme, mais Dieu, qui vous a aussi donné son Saint-Esprit.

2 Timothée 1 : 14 Grâce au Saint-Esprit qui habite en nous, garde le beau dépôt qui t’a été confié.

Tite 3 : 5 il nous a sauvés. Et il ne l’a pas fait à cause des actes de justice que nous aurions pu accomplir, mais conformément à sa compassion, à travers le bain de la nouvelle naissance et le renouvellement du Saint-Esprit

Hébreux 2 : 4 Dieu a appuyé leur témoignage par des signes, des prodiges et divers miracles, ainsi que par les dons du Saint-Esprit distribués conformément à sa volonté.

Hébreux 9 : 8 Le Saint-Esprit montrait par là que le chemin du lieu très saint n’était pas révélé tant que le premier tabernacle était dressé.

Jude 1 : 20 Quant à vous, bien-aimés, édifiez-vous vous-mêmes sur votre très sainte foi et priez par le Saint-Esprit.

Le Saint Esprit est une personne, comme nous pouvons le voir dans les versets précedents. En effet, il a une volonté, il agit, on peut l’attrister.

Le Père, le Fils et le Saint Esprit sont trois personnes unies en un seul Dieu. Au travers du Père, l’autorité et l’amour protecteur du Père sont manisfestés. Au travers du Fils, le caractère humble et serviteur de Dieu est manifesté. Au travers du Saint Esprit, la puissance de Dieu mais aussi l’effacement de Dieu puisque le Saint Esprit ne parle pas de lui-même est manifesté. Sans la révélation de ces trois personnes, nous aurons une révélation incomplète de Dieu. Dieu est à la fois plein d’autorité, d’amour, de puissance, d’humilité, au service des autres et effacé.

Ceux qui pensent que Jésus est le Père ont une vision d’un Dieu égocentrique, sans esprit de service et d’humilité et sans esprit de sacrifice ni d’amour puisque le Père n’a pas de Fils et par conséquent il n’y a pas de sacrifice mais un suicide !!!!

C’est la raison pour laquelle ceux qui croient en cette fausse doctrine sont souvent querelleurs, colériques, égocentriques et rebelles à toute forme d’autorité.

Cette doctrine (le modalisme) a été combattu par les Pères de l’Eglise. Nous devons aujourd’hui la combattre. Moi-même je fus séduit par cette fausse doctrine et j’ai du me repentir. Mon devoir aujourd’hui est de défendre la saine doctrine car nier le Fils c’est nier le Père.

1 Jean 2 : 22 Qui est menteur, sinon celui qui nie que Jésus est le Christ ? Celui-là est l’antéchrist, qui nie le Père et le Fils.
23 Quiconque nie le Fils n’a pas non plus le Père ; quiconque confesse le Fils a aussi le Père.22 Qui est menteur, sinon celui qui nie que Jésus est le Christ ? Celui-là est l’antéchrist, qui nie le Père et le Fils.
23 Quiconque nie le Fils n’a pas non plus le Père ; quiconque confesse le Fils a aussi le Père.

 Si Jésus est le Père nous nions le Fils.

Je peux offrir ma vie pour les autres mais si je n’ai pas l’amour, je suis comme un airain qui résonne selon 1 Corinthiens 13. Le plus bel acte d’amour c’est le Père qui l’a fait en envoyant son Fils pour des perdus qui méritaient l’enfer. Imaginez être à la place du Père. Auriez vous donnez votre enfant bien aimé pour ceux qui vous maudissent ? C’est ce que le Père a fait (Jean 3 : 16). Il a donnée son fils pour notre salut !

Que Dieu vous bénisse

Ludovic Rougé

 

 

[LR1]

5 commentaires

  1. ça a l’air compliqué à première vue cette histoire de Père, fils et Saint Esprit.

    Mais pourtant notre Planète est à la fois terre, mer et ciel. La terre n’est pas la mer. La mer n’est pas le ciel. Le ciel n’est pas la terre. Et pourtant il n’y a qu’une seule planète, pas 3. Et ça ne choque personne.

    Je pense qu’il en est de même pour Dieu.

    J'aime

  2. Bonjour à tous
    J’ai toujours, dans le fond de mon cœur, cru que le Tri-Unité est véritable, et me suis toujours dit que d’affirmer haut et fort, par des enseignements, et prêches, parfois virulents, était, et est contraire au cœur de Dieu Lui même.
    Le mari, sa femme sont certes deux, mais dans le cœur de Dieu ils ne font qu’un.
    Je crois que seul le Saint Esprit peut affirmer cette vérité dans le cœur des enfants de Dieu.
    Que Dieu vous garde.
    VAL

    J'aime

  3. Désolée, mon commentaire n’était pas explicite.
    Je voulais dire…

    J’ai toujours, dans le fond de mon cœur, cru que.. la.. Tri-Unité est véritable, et me suis toujours dit que d’affirmer

    haut et fort, par des enseignements, et prêches, parfois virulents,…..QUE DE PRÊCHER QUE C ‘EST UNE

    DOCTRINE DIABOLIQUE, COMME J’AI PU PARFOIS L’ ENTENDRE, était, et est contraire au cœur de Dieu Lui même.
    VAL

    J'aime

  4. Tout à fait. D’ailleurs les modalistes (Jésus est le Père et peut prendre différentes formes) sont généralement très agressifs. On retrouve ce comportement au début du deuxième siècle. Lorsque les Pères de l’Eglise durent combattre ces hérétiques, ils subirent de leur part menaces et violences !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s